Rhinoplastie : toutes les informations précises sur la rhinoplastie.

La rhino chez les adolescents

La rhinoplastie est raisonnablement envisageable qu’un an ou deux après la puberté ; 16/17 ans chez une fille, 17/ 18 ans chez un garçon.

Y a-t-il un accroissement d’ados ayant recours à la Rhinoplastie ?

L’adolescence est un âge fragile où le Paraître est un élément important autour duquel se construit la personnalité.

Le nez est un élément central et non dissimulable du visage. Il n’est donc pas étonnant de constater depuis ces dix dernières années, un accroissement sensible du nombre d’adolescents qui y recourent.

Cela est vrai en chiffre absolu, mais aussi en pourcentage.

Pourquoi cet accroissement de la demande en Rhinoplastie ?

Il y a au moins 4 raisons:

– Les progrès de la Rhinoplastie grâce notamment à la technique ouverte avec des résultats meilleurs et plus naturels.

– La levée de certains tabous, et une évolution des mentalités dans notre société.

– Le rôle des Médias, qui permettent Une meilleure information du Public, mais qui suggèrent volontiers que Beauté et Réussite sont indissociables.

– Enfin la participation financière plus fréquente des parents qui rend cette chirurgie de luxe plus accessible aux jeunes.

Existe-t-il des différences entre les filles et les garçons ?

Il est faux de penser que la Rhinoplastie n’intéresse que les filles. De plus en plus des garçons osent revendiquer cette chirurgie et on retrouve pratiquement autant de demande chez les filles et les garçons.

La grande différence réside dans le fait que les filles ont souvent une grande détermination et des objectifs réalistes, alors que les garçons surtout entre 15 et 20 ans sont difficiles à satisfaire et acceptent mal un résultat imparfait.

Comment distinguer chez l’adolescent un réel besoin d’un caprice ?

C’est le cœur du problème, et c’est à ce niveau que l’on reconnait le professionnalisme et le sérieux d’un chirurgien.

Schématiquement, deux groupes de questions doivent être disséqués ; le besoin chirurgical et le contexte psycho social.

Qu’est-ce qui est important dans le besoin chirurgical ?

Le défaut Esthétique est-il clairement défini ?

Parfois c’est le cas, qu’il soit minime ou important, l’Ado le ressent comme un Préjudice Evident et Légitime et dira : « VOILA CE QUI ME GÊNE. » Parfois cela l’est moins, l’analyse Profilométrique, devient alors une aide précieuse.

La demande est-elle réaliste ?

Dans le « VOILA CE QUE JE VEUX » Trouve-t-on un but facile à réaliser pour le chirurgien, cohérent avec le reste du visage et sans risque de complications ?

La demande est-elle récente?

10 jours ou 10 ans, ce n’est pas pareil. Si la demande est trop récente, on peut penser à un caprice passager auquel il ne faut pas donner suite.

Qu’est-ce qui est important dans le contexte psycho social ?

La Maturité est le premier élément à évaluer.

Est-ce une initiative personnelle ou est-elle suggérée par l’entourage ?

L’ado réalise-il qu’il s’agit d’une opération chirurgicale, qui va changer son visage, et pas forcément exactement comme il l’imagine ?

S’engage-t-il à respecter toutes les contraintes de la Chirurgie ?

Les délais, qu’on ne doit pas raccourcir même pour des raisons scolaires ; les obligations préopératoires, administratives, et d’anesthésie ; les suites opératoires : consultations régulières mais aussi pas mal d’interdictions passagères : piscine, soleil, lunettes, cigarettes, alcool…

Y a-t-il un malaise psychologique plus profond, avec un refus plus global de l’image de son corps, des troubles de la personnalité, une prise d’antidépresseurs ou de neuroleptiques ?

Le problème est alors plus vaste et dépasse largement le cadre de la Chirurgie.

Cette demande est-elle acceptée par l’entourage ?

Pour les mineurs, l’accord écrit des 2 parents est obligatoire. A un âge plus mûr, il est intéressant de connaître l’avis du conjoint. Dans les 2 cas, je demande un accompagnement pour au moins une consultation.

Quand accepter et quand refuser une rhinoplastie chez un adolescent ?

La réponse s’articule autour des 2 grands pôles déjà définis : l’objectif chirurgical et le contexte psycho-social.

Premier cas de figure, objectifs et contexte sont favorables

Il n’y a pas de raison de refuser l’opération, mais il ne faut shunter ni les délais ni les formalités.

Second cas de figure, objectif raisonnable mais contexte peu favorable

Il faut prendre le temps de concilier les divergences et de murir le projet.

Troisième cas de figure, ni l’objectif ni le contexte ne sont favorables

Alors là, oui Bien sûr, il faut savoir refuser d’opérer mais il ne faut pas pour autant renvoyer l’ado à son problème : Un Rejet définitif va le pousser dans ses retranchements et permettre une dérive dangereuse. L’écoute d’un psychothérapeute est parfois souhaitable en cas de « mal être » avéré. Le message est que la chirurgie Esthétique n’est pas la seule solution. C’est une amélioration qui n’a pas le pouvoir de changer la vie de façon magique.

Date de dernière mise à jour: 15 octobre 2017

Contact

Dr François ALLOUCHE

36, avenue Charles de Gaulle

92200 NEUILLY SUR SEINE

FRANCE

Tél. +33(0)1 46 66 60 66

E-Mail

dr.allouche AT gmail.com